SUR LES TRACES DES LOGORRHEES

Publié le par NORBERT KANZANZA

" LA VIOLENCE SI TU TE TAIS ELLE TE TUE "
L'autorité de l'Etat devrait s'appliquer ce slogan parce qu'elle est en danger !

A partir du 17 janvier 07, je ne ménageais aucun effort pour appeler l'avocat Jean-Michel Quillardet à rapporter aux juges les documents en sa possession.
Voici les rares réponses qu'il me fit :


LOGORRHEE DU 19 JANVIER 07


LOGORRHEE DU 9 FEVRIER 07



Je continue inlassablement à lui demander de ramener mes documents au tribunal. Il ne peut plus nier ni leur existence ni leur possession.
Cette fois, pour justifier l'inqualifiable, il s'en prend ouvertement aux règles de procédure civile qui sont intangibles et qu'il n'y avait plus rien à faire après la date de clôture du 4 octobre 06.
Or ce 16 janvier 07, les mêmes juges recherchent et lui réclament les preuves de contrefaçon.
Pire encore, il se lève pour présenter des fausses preuves soit près de 3 mois après la date de clôture.
Cet avocat ne se rend même pas compte qu'il est pris dans une vraie nasse des mensonges insoutenables. Il évoque une intangibilité qu'il transgresse lui-même. Cette faute qu'il ne voit pas le trahit une fois de plus.
Cette fameuse intangibilité, dans l'esprit de cet avocat, fait de la justice française un camp de concentration bordé des barbelés électrifiés serrés et coupants -les lois et le règles- où les magistrats jouent le simple rôle de Kapos dénués de bon sens, de mesure  et de souplesse d'esprit. Le grand-maître maçon l'écrit sans hésiter parce qu'il possède la manette de commande qui envoie la décharge électrique foudroyante à tout magistrat qui oserait affranchir les limites qu'il impose; les lois et les institutions de la république doivent servir à son entreprise!

Et toujours le constat d'huissier, son document "phare", lui qui défend dans écritures avoir relevé personnellement tous les éléments directement sur les sites des parties adverses.
Et comme s'il se rendait compte que ses justifications ne tenaient pas une seconde, il va prétendre que l'original du constat d'huissier de justice lui a été transmis ENSUITE. Mais ensuite de quoi?
A quelle date précise lui ai-je transmis ce document, son original surtout?
C'est effarant! J'ai mis des milliers d'€ sur la table pour la défense de mes droits et intérêts et je n'aurais pas été capable d'assembler des simples documents!
Du reste ce n'est pas à moi d'assembler ses documents. J'ai payé pour que ce travail soit fait et bien fait.
L'avocat couvre ses escroqueries, il les masque. Ce n'est pas moi qu'il défend! Et pourtant c'est la raison pour laquelle j'avais consenti tant d'efforts financiers.
Je lui avais "montré" les vraies preuves ce 16 janvier 07. Le 17 janvier 07 il prétendait par écrit ne jamais les avoir eues. ET depuis, c'est à cause de la loi et de ses représentants que la preuve ne pouvait parvenir aux juges.



LOGORRHEE DU 11 FEVRIER 07


Tout être normalement constitué ne peut pas laisser faire une injustice qui se déroule sous ses yeux sauf à en être le profiteur!
Tout avocat normalement instruit ne peut invoquer un prétendu vide juridique pour croiser les bras.
Au demeurant tout avocat rêve de se retrouver au moins une fois dans sa vie dans cette configuration où le vide juridique l'empêche de défendre avec justesse, pertinence, loyauté et droiture les droits d'un justiciable. C'est un cas de figure idéal qui lui permettra d'interpeller tous les pouvoirs et au final, il aura gain de cause et fera progresser la loi. C'est un vrai sésame pour un avocat! Tous les grands noms se sont faits là-dessus.
Cet avocat Quillard prétexte un vide juridique et se croise les bras. Parce que son vide juridique est d'une autre nature. Il justifiait avoir produit des faux à l'audience de plaidoirie faute d'avoir les vraies preuves. Et les vraies lui ont été fournies séance tenante. Et voilà exactement le comportement qu'il a eu devant les juges: IL A REFUSE !
Et continue de refuser!
Par trois fois les juges lui ont intimé l'ordre de se saisir des preuves, il a refusé. Les juges non seulement disposent d'un pouvoir de coercition, mais surtout de se passer d'un avocat qui ne montre aucune vertu dans sa profession. Elle quand la Présidente du tribunal a envisagé de se passer de cet avocat, elle a été congédiée sur le champ.
Cet avocat touche des milliers d'€ pour soustraire des preuves et les dissimuler puis avancer et répéter que, devant un tribunal français, il ne pouvait rien faire. Outre qu'aucun avocat au monde ne saurait user d'un tel mensonge, celui qui s'y aventurerait sait qu'il diffuse une réputation désastreuse sur toute autorité judiciaire qui applique la loi, et l'autorité législative qui la conçoit.
Dans pareil cas un avocat sain d'esprit appellerait les autorités à faire évoluer la loi. Ce monsieur Quillardet jette l'anathème sur toute autorité de la république parce qu'assuré de son immunité totale vis-à-vis tout pouvoir.




LOGORRHEE DU 6 MARS 07





Les différents mails que je ne cesse de lui envoyer sont destinés à l'obliger à exécuter ma volonté et de ramener des preuves en sa possession au tribunal. Je reste dans l'esprtit de la convention conclue et j'ai payé des milliers d'euro pour cela.
Non seulement ils sont explicites et compréhensibles puisqu'il a répondu dans ses logorrhées présédentes que c'était la faute aux lois et aux magistrats qui les appliquent, mais surtout il se doit de montrer un minimum d'égard vis-à-vis des lois.

Je lui indiquait dans le drenier courrier envoyé que la date du jugement n'avait pas été modifié et qu'il était urgent qu'il s'empressât de ramener aux juges mes documents.
L'information sur une date de jugement est facilement vérifiable auprès du greffe. Mais voilà, il est dans son plan: avoir de la marge pour influer sur un délibéré.

Après cette correspondance, j'avoue ne pas savoir si j'étais devant un humain ou un alien dénué de valeurs en cours dans les civilisations humaines. Un type qui se lance dans les profondeurs des abîmes après avoir avoué l'existence et la possession des vraies preuves, ça vous retourne l'estomac et le coeur.

 

Commenter cet article